30417-650x330-vi

Salon des Vignerons Indépendants

Quoi ? Un 2ème article sur le vin en une semaine ?

Rassurez-vous, il n’y a pas (encore) eu de coup d’Etat, personne n’est malade, tout va bien ! Je profite juste d’une indisponibilité très très momentanée de son éminence pour vous faire part d’un événement fort sympathique qui se déroule en ce moment même: le Salon des Vignerons Indépendants !

Les vignerons indépendants, comme leur nom l’indique fort bien, sont une association de producteurs propriétaires récoltants, venus des quatre coins de la France et rassemblés autour de certaines valeurs au sein d’un label.
Une à deux fois dans l’année, ils font découvrir leurs produits dans plusieurs grandes villes françaises, c’est le cas actuellement à Paris. Ces salons sont l’occasion de rencontrer ces hommes et femmes qui font le vin, de discuter, de déguster, de grignoter, de flâner… et surtout de repartir avec quelques bonnes bouteilles !

L’entrée coûte 6€, 3€ en tarif réduit, mais je suis sur qu’en cherchant un peu vous trouverez des entrées gratuites un peu partout, dans des magazines ou sur Internet…

C’est où ? Au parc des expositions de la porte de Versailles à Paris, métro porte de Versailles, Pavillon 7-1

C’est quand ? Du 25/11 au 29/11, de 10H à 20H et de 10H à 18H le lundi.

Ca se passe comment ?

Et bien une fois sur place, y’a trois attitudes à adopter :

  1. La veille : Tiens y’a le salon des vignerons ce week-end, ça a l’air chouette ! Bon, gratis ou pas, ça reviendra toujours moins cher d’aller écoper là-bas plutôt qu’au rade… allez, j’appelle les copains, on y va !
    A l’entrée, on vous donne un verre. Vous déambulez de stand en stand et réclamez votre pitance. Les vignerons sont des gens bien éduqués, donc ils vous servent. Après avoir mélangé Saint-Emilion, Pommard, Chablis, Gewurzt, Sancerre et Minervois vous commencez à vous diriger vers la sortie en titubant. Soudain, un étrange sentiment de culpabilité vous assaille… dans un dernier sursaut de lucidité, vous décidez de rassembler 5€ et chopez au vol une petite bouteille de Beaujolais villages : « on veut pas abuser… ». Vous rentrez chez vous vous coucher. Une fois arrivé, vous vous rendez compte que vous avez oublié la bouteille de pif sous le siège du métro… et merde
    .
  2. La veille : Enfin, le salon des vignerons indépendants ! Vous avez mis de côté votre guide des vins et votre numéro de la revue du vin de France du mois de novembre, vous avez imprimé le plan du salon et listé la petite vingtaine de stands à ne pas manquer (faut rester raisonnable !). Vous embarquez votre caddie histoire de pouvoir repartir avec vos bouteilles tranquilou.
    A l’entrée, on vous donne un verre. Vous arpentez méthodiquement les allées, vous goûtez puis crachez dans le seau de façon élégante (vous vous y connaissez). Avec les vignerons, vous discutez longuement de l’apport de la viticulture biodynamique, de la minéralité du terroir et des avantages de l’élevage en demi-muids. Vous prenez plusieurs fois deux caisses du même vin, histoire de suivre régulièrement son évolution jusqu’en 2037. Le caddie est plein, qu’importe, vous vous ferez livrer quelques caisses de plus à domicile ! Après six heures, vous décidez de rentrer chez vous.
    Une fois arrivé, vous vous rendez compte qu’il n’y a plus de place dans votre cave, et qu’il n’y aura plus assez d’argent à la fin du mois pour le cadeau de noël des enfants… et merde !
    .
  3. Vous appréciez le vin, mais êtes fâché avec le supermarché d’en bas depuis que leur Bordeaux supérieur vous à provoqué une angine.
    Tiens, y’a le salon des vignerons ce week-end, ça a l’air chouette ! Peut-être une occasion de se faire une petite réserve pour les soirées entre copains…
    A l’entrée, on vous donne un verre. Vous vous promenez à travers les allées, vous arrêtez parfois quand l’appellation ou la tête de la personne qui sert le vin retient votre attention. Vous goûtez, prenez une bouteille ou deux quand ça correspond à votre goût ! Vous buvez aussi les explications du vigneron, et vous étonnez des différences de caractère entre les différents vins. Au bout de deux heures vous décidez quand même de partir, mais au dernier moment vous craquez aussi pour une boite de foie gras et du nougat (c’est bientôt les fêtes !), et pour le sandwich à la charcuterie corse qui avait l’air appétissant.

Vous vous dites que ça pourrait être vous ? Ça tombe bien, vous êtes comme 80% des visiteurs !

Si vous êtes décidé, voici une petite liste des immanquables (même si il y’en a des tas d’autres) pour vous aiguiller si besoin !

Alsace :

  • Domaine Albert Mann
  • Domaine Bames-Buecher

Beaujolais :

  • Domaine Bergeron (Moulin-à-Vent, Chénas)
  • Château de Pizay (Morgon)

Champagne :

  • Pierre Moncuit

Jura :

  • Domaine Berthet-Bondet (Château-Chalon)
  • Domaine Geneletti
  • Domaine André et Mireille Tissot

Languedoc :

  • Mas Cal demoura
  • Mas de Martin
  • Clos de l’Anhel (Corbières)

Roussillon :

  • Mas Amiel (Maury)

Sud-Ouest :

  • Domaine de l’Ancienne Cure (Monbazillac)
  • Château d’Aydie (Madiran)

Loire :

  • Domaine Aux Moines (Anjou)
  • Domaine Ogereau (Anjou)
  • Domaine Landron (Muscadet)

Rhône :

  • Domaine Brusset (Cairanne, Gigondas)

Savoie :

  • Domaine Dupasquier

Bonne visite !

L’homme

  • Partner links